Validation des résultats d’examens de biologie médicales sans intervention directe : l’avis du Cofrac

Le recueil des exigences spécifiques pour l’accréditation des laboratoires de biologie médicale (SH REF 02) a été révisé. Cette révision est entrée en vigueur le 1er juin 2012. Pour mémoire, ce document explicite les exigences de la norme NF EN ISO 15189, complétée le cas échéant par la norme NF EN ISO 22870, et les dispositions législatives et réglementaires applicables.

En complément, des modalités transitoires ont été adoptées par le Comité de Section Santé Humaine concernant la validation des résultats d’examens de biologie médicale en période de permanence des soins :
« La validation d’un résultat d’examen de biologie médicale est réalisée par un biologiste médical avant toute communication à l’extérieur du LBM. En période transitoire (dans l’attente de la publication du décret relatif aux conditions de réalisation des examens de biologie médicale) et pendant les périodes de permanence des soins, la validation d’un résultat d’examen de biologie médicale peut être réalisée sans intervention directe du biologiste médical. Ce dernier est toutefois toujours réputé avoir validé le résultat, qui est associé à son nom et à son prénom. Un LBM souhaitant mettre en œuvre cette possibilité doit définir, au sein de son système de management de la qualité, les modalités et les limites de cette validation ainsi que les modalités d’habilitation des personnes pour valider les résultats sous la responsabilité du biologiste médical. Le biologiste médical prenant la responsabilité de la validation de ces résultats doit en outre être joignable et être en mesure d’intervenir sur site dans les délais compatibles avec les impératifs de sécurité et les demandes d’information des prescripteurs. »

Ce contenu a été publié dans COFRAC et accréditation, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Validation des résultats d’examens de biologie médicales sans intervention directe : l’avis du Cofrac

  1. Ernesto Stérone dit :

    Cela met à mal le caractère médical de notre profession et peut occurer de nombreuses dérives notamment au sein des antennes de prélèvement.
    Laisser une telle porte ouverte sans préciser les « délais compatibles », les « impératifs de sécurité » va forcément avalisé la création d’antennes vides de biologistes.

    Ou es le gain pour les patients ?

Les commentaires sont fermés.