Infections à HPV des jeunes filles : révision de l’âge de vaccination

Le HCSP recommande que la vaccination contre le papillomavirus soit pratiquée entre 11 et 14 ans.

L’évolution des données concernant les vaccins papillomavirus et leur Autorisation de mise sur le marché (AMM), la constatation d’une couverture vaccinale très insuffisante en France et les perspectives d’évolution du calendrier vaccinal justifient la révision de l’âge de vaccination contre les infections à papillomavirus humains des jeunes filles.

Le Haut Conseil de la santé publique recommande que la vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus puisse être pratiquée entre les âges de 11 et 14 ans et que toute opportunité, y compris le rendez-vous vaccinal de 11-14 ans, soit mise à profit pour initier la vaccination avec une possibilité de co-administration avec un autre vaccin (vaccin tétravalent diphtérie-tétanos-coqueluche-polio, vaccin hépatite B) ou pour compléter un schéma vaccinal incomplet et notamment pour administrer la 3e dose de vaccin.

Le HCSP recommande également que l’âge de rattrapage soit limité à 20 ans (i.e. 19 ans révolus), cette vaccination étant d’autant plus efficace que les jeunes filles n’ont pas encore été exposées au risque de l’infection HPV.

Par ailleurs, le HCSP rappelle que l’obtention d’une couverture vaccinale élevée représente un objectif prioritaire tant pour la protection des jeunes filles que pour l’induction d’une immunité de groupe. Il souligne par ailleurs que ces niveaux de couverture vaccinale élevés sont obtenus dans les pays (Royaume-Uni, Australie) qui vaccinent dans les écoles.

Consulter l’avis du HCSP relatif à la révision de l’age de la vaccination du 28 09 2012 publié le 15 01 2013.

Source : Haut Conseil de la santé publique, avis et rapports.

Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, Santé publique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.