Fibrillation auriculaire non valvulaire : les anticoagulants oraux antivitamines K (AVK) restent la référence

Pour la Haute autorité de la santé les AVK, avec surveillance tous les 15 jours de l’INR, restent la référence lors de fibrillation auriculaire non valvulaire. La HAS le rappelle au corps médical dans la revue « Actualités et Pratiques » N°51 de septembre 2013.

La HAS nous rappelle que les anticoagulants oraux non AVK ne permettent pas de suivi de routine de l’anticoagulation alors qu’ils sont eux aussi susceptibles d’induire des hémorragies graves. Ils ne sont donc à envisager qu’en alternative pour des patients qui ne tolèrent pas le traitement par AVK et les contraintes de sa surveillance et notamment chez les patients sous AVK, pour lesquels le maintien de l’INR dans la zone cible (entre 2 et 3) n’est pas habituellement assuré malgré une observance correcte.

Le choix doit être fait au cas par cas, en fonction notamment des facteurs suivants : âge, poids, fonction rénale, qualité prévisible de l’observance, souhait du patient après information adaptée.

Pour en savoir plus, voir la fiche bon usage du médicament sur le site de la Haute autorité de la santé                 « Fibrillation auriculaire non valvulaire – Quelle place pour les anticoagulants oraux non antivitamine K : apixaban (Eliquis®), dabigatran (Pradaxa®) et rivaroxaban (Xarelto®) ?
A lire aussi sur le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament « Les nouveaux anticoagulants oraux (Pradaxa, Xarelto, Eliquis) : des médicaments sous surveillance renforcée – Point d’information »
Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, Santé publique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.