Autotests VIH

hivMarisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a annoncé le 15 septembre la mise à disposition des autotests de dépistage du VIH  en pharmacie.

Actuellement, seul le laboratoire français AAZ a obtenu le marquage CE permettant, en France, de mettre en commercialisation son autotest. Son prix est libre et varie donc, selon les pharmacies, de 25 à 28 €. Le Jean-Luc Romero, président de l’association « Élus Locaux Contre le Sida », a indiqué avoir de « réelles inquiétudes quant au coût unitaire de cet outil qui pourrait sans aucun doute constituer un frein important à son accessibilité. » « 28 euros, c’est trop ! Je comprends bien sûr les impératifs économiques et commerciaux mais il faudra de manière impérative arriver à faire baisser le prix unitaire de l’autotest pour en assurer le succès », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Les différents tests de dépistage de l’infection par le VIH en France

En France, les tests de dépistage de l’infection par le VIH peuvent être réalisés dans différentes structures et auprès de différents professionnels de santé. En fonction de ces acteurs, les tests pratiqués ne seront pas les mêmes :

  • en centres gratuits d’information, de dépistage, et de diagnostic (CeGIDD) : Elisa de 4e génération, TROD ;
  • en laboratoires publics ou privés : Elisa de 4e génération ;
  • auprès de son médecin traitant : ordonnance pour Elisa de 4e génération, éventuellement TROD ;
  • au sein d’associations de lutte contre le sida : TROD par du personnel formé à leur usage ;
  • dans les PASS (permanence d’accès aux soins de santé) et autres services offrant des soins aux plus démunis (centre d’accueil, de soins et d’orientation [CASO], Comede (Comité médical pour les exilés), etc.): Elisa de 4e génération ou TROD
  • chez soi via l’utilisation d’un ADVIH dont on se sera assuré qu’il porte le marquage.

Le coût des différents tests

  • Le test  réalisé en laboratoire sur prescription médicale, est remboursé à 100 % par l’Assurance maladie. Il est effectué gratuitement dans les CeGIDD. Il est possible de faire un test dans un laboratoire sans prescription médicale, mais dans ce cas, il n’est pas remboursé et son tarif est de 14,04€.
  • Il est possible de faire un TROD gratuitement dans certaines associations de lutte contre le VIH.
  • Il n’est pas prévu que les ADVIH soient pris en charge par l’Assurance maladie, l’utilisateur prenne en charge l’intégralité de son règlement, sauf dans les structures qui pourraient le remettre gratuitement.

Les limites de l’ADVIH

Avec un test de dépistage classique réalisé en laboratoire (Elisa de 4e génération), la personne n’est pas infectée par le VIH et peut être rassurée sur son statut sérologique si sa dernière prise de risque/exposition potentielle au VIH remonte à 6 semaines ou plus ;

avec un test de dépistage rapide à orientation diagnostique (TROD) de 3e génération ou un autotest, la personne n’est pas infectée par le VIH et peut être rassurée sur son statut sérologique si sa dernière prise de risque/ exposition potentielle au VIH remonte à 3 mois ou plus. Les tests réalisés en laboratoire sont plus sensibles puisque ce délai est de 6 semaines ou plus car il détecte également l’antigène p24 du virus, permettant un dépistage des infections récentes..

il permet de détecter les anticorps anti-VIH-1 et anti-VIH-2 présents dans le sang ou le fluide gingival. Il est à souligner qu’en cas de maladie avancée, les ADVIH (et TROD) sur fluide gingival peuvent devenir négatifs en raison d’une production insuffisante d’anticorps. Les ADVIH, en particulier les tests sur fluide gingival, peuvent être faussement négatifs chez les patients infectés par le VIH, traités par antirétroviraux (ARV) et ayant une charge virale indétectable. Ce phénomène peut être attribué à la diminution des anticorps anti-VIH, suite à l’arrêt de la stimulation antigénique du fait de l’inhibition de la réplication virale par les antirétroviraux.

La vente des ADVIH, après obtention du marquage CE, est réservée aux pharmaciens dans les officines ou sur leur site Internet. La liste des sites Internet des officines de pharmacie autorisés pour la vente en ligne de médicaments peut être consultée sur : http://www.ordre.pharmacien.fr/Le-patient/Vente-demedicaments-sur-Internet-en-France

Certains sites Internet marchands, non adossés à une officine de pharmacie, proposent des ADVIH prétendant bénéficier − à tort − du marquage CE : ils n’ont en effet pas fait la preuve de leur performance et de leur qualité (information sur le site de l’ANSM). Il est conseillé aux utilisateurs de ne pas acheter ces tests sur Internet et de se tourner vers les pharmacies les commercialisant et vers les structures qui pourraient les remettre gratuitement ou vers les autres modalités de dépistage du VIH actuellement disponibles en France.

Consulter  » Questions-réponses : Autotests de dépistage de l’infection par le VIH, HAS,  Mars 2015″.

Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, Santé publique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Autotests VIH

  1. Didier Benchetrit, président du SBLE dit :

    Il est clair que cette démarche d’autotests en pharmacie n’est supportée par aucune motivation de santé public et aucune réflexion. En effet, un test négatif ne sera pas contrôlé et laissera le patient dans la certitude de ne pas être contaminé alors qu’un test positif sera contrôlé dans un délai qui, même très court, laissera le patient dans l’angoisse que la confirmation ou information de ce dernier.
    Dans tous les cas, la case laboratoire semble donc indispensable et la case pharmacie coûteuse, inutile et dangereuse. Je n’évoquerai même pas le principe de distorsion d’exigence entre le laboratoire qui doit être accrédité et la pharmacie qui vend un test biologique au mépris de toute assurance qualité. Il faut donc se préparer à expliquer aux patients que l’on ne peut pas faire Paris – Nice en 2cv avec la même sécurité qu’une berline moderne.

  2. Christophe Maruéjouls, trésorier du SBLE dit :

    Où comment le lobbying des pharmaciens d’officine marche à plein régime aidé en cela par le CNOP qui n’en a rien à faire (pour être poli…) des pharmaciens/médecins biologistes. Quand on pense que la Ministre de la Santé a même pensé à eux, avant de faire machine arrière, pour faire des vaccinations. Quelle ignorance !
    Concernant cet auto test, n’oublions pas, tout de même, qu’il est facturé 30€ et non remboursé par la sécu, j’attends de voir s’ils vont en vendre tant que ça.

  3. Alain Le Meur dit :

    Exact et j’ajoute les risques dus au traffic internet d’auto test, les faux négatifs avec le liquide gingival, les fausses manip, le stress du patient …

    Les Tests TROD étaient largement suffisants non ?

Les commentaires sont fermés.