Helicobacter pylori

Deux fiches pertinence des soins ont été produites par la HAS en collaboration avec  le Conseil national professionnel d’hépato-gastroentérologie afin d’améliorer la qualité de la prise en charge de l’infection à H. pylori chez l’adulte et la prévention du cancer gastrique et de l’ulcère gastroduodénal, tout en préservant l’écologie bactérienne

La progression de l’antibiorésistance (particulièrement à la clarithromycine, 22% des souches) implique d’adapter les pratiques diagnostiques et thérapeutiques. De plus les enquêtes de pratique et l’analyse des bases de données ont mis en évidence des écarts par rapport aux pratiques recommandées, concernant les indications de la recherche de l’infection à H. pylori, les indications des méthodes diagnostiques et les modalités de traitement.

La fiche : « Pertinence des soins / Diagnostic de l’infection par Helicobacter pylori chez l’adulte »

Les écarts mis en évidence sont, par exemple, la recherche d’une infection à H. pylori en cas d’antécédent familial de cancer gastrique est imparfaitement connue, la réalisation des biopsies au cours de la gastroscopie n’est pas toujours réalisée et la sérologie est parfois utilisée à tort pour contrôler l’éradication.

la fiche propose trois types de préconisations :

  • Les indications de recherche d’une infection à H. pylori
  • La conduite à tenir en cas de suspicion d’infection à H. pylori
  • Des précisions sur la démarche diagnostique d’une infection à H. pylori
Consulter sur le site de la HAS la fiche Pertinence des soins : Diagnostic de l’infection par Helicobacter pylori chez l’adulte.

La fiche Pertinence « Pertinence des soins / Traitement de l’infection par Helicobacter pylori chez l’adulte »
Les écarts par rapport aux pratiques recommandées sont, par exemple, la trithérapie associant inhibiteur de la pompe à proton, amoxicilline et clarithromycine est encore parfois prescrite en traitement probabiliste de 1re ligne, la prescription en cas d’échec d’une 2e ligne de traitement identique a pu être observée, le contrôle d’éradication n’est pas toujours systématique.

  • la fiche propose un algorithme de traitement en cas d’infection à Helicobacter pylori chez l’adulte* guidé par l’étude de la sensibilité aux antibiotiques et un traitement probabiliste à n’utiliser qu’en l’absence d’étude de la sensibilité aux antibiotiques.
  • Elle rappelle qu’un contrôle d’éradication doit être réalisé systématique au moins 4 semaines après la fin du traitement.
  • Elle précise que l’information et l’implication du patient sont essentielles et qu’il est souhaitable que les médecins s’assurent de la bonne compréhension par le patient des informations délivrées.
Consulter sur le site de la HAS la fiche « Pertinence des soins : Traitement de l’infection par Helicobacter pylori chez l’adulte ».
Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.