HAS / actualisation des diagnostics trichinellose, cysticercose et distomatose juin 2018

 

Trichinellose

Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic de la trichinellose, HAS, Juin 2018La HAS considère que :

  • le diagnostic d’une suspicion de trichinellose passe par la rechercher d’anticorps circulant par technique immunoenzymatique (EIA ou «ELISA») ou par l’immunofluorescence indirecte (IFI) et par immunoempreinte (IE «Western blot»);
  • les autres techniques sont obsolètes: l’immunoélectrophorèse (IELP), l’électrosynérèse (ELS), la coélectrosynérèse (COES), l’hémagglutination sensibilisée (HAGG) et l’immunodiffusion double (IDD-Ouchterlony);
  • l’hémagglutination indirecte (HAI) n’a pas de place dans le diagnostic de la trichinellose;
  • le suivi sérologique de la trichinellose avec une recherche itérative d’anticorps du sérum ayant servi au sérodiagnostic de dépistage n’est plus indiqué; le suivi est réalisé aujourd’hui par imagerie.

Cysticercose

Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic de la cysticercose, HAS, Juin 2018. La HAS considère que :

  • le diagnostic d’une suspicion de cysticercose passe par la rechercher d’anticorps circulant par technique immunoenzymatique (EIA ou «ELISA») et par immunoempreinte (IE «Western blot»);
  • le cas échéant, devant une suspicion de neurocysticercose la recherche d’anticorps se fait sur liquide cérébrospinal par EIA et IE. Elle est complétée par une recherche d’antigène dans le liquide cérébrospinal par EIA;
  • les autres techniques ne sont plus à utiliser: l’hémagglutination indirecte (HAI), l’immunoélectrophorèse (IELP), l’électrosynérèse (ELS), la coélectrosynérèse (COES), l’hémagglutination sensibilisée (HAGG), l’immunofluorescence indirecte (IFI) et l’immunodiffusion double (IDD-Ouchterlony)
  • le suivi sérologique de la cysticercose avec une recherche itérative d’anticorps du sérum ayant servi au sérodiagnostic de dépistage n’est plus indiqué; le suivi est réalisé aujourd’hui par imagerie.

    Distomatose à Fasciola hepatica

  • Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic de la distomatose à Fasciola hepatica, Juin 2018La HAS considère que :
  • le diagnostic d’une suspicion de distomatose passe par la recherche d’anticorps circulant par technique immunoenzymatique (EIA ou « ELISA ») ou d’hémagglutination indirecte (HAI) et par immunoempreinte (IE « Western blot ») ;
  • les autres techniques sont obsolètes : l’immunoélectrophorèse (IELP), l’électrosynérèse (ELS), la coélectrosynérèse (COES), l’hémagglutination sensibilisée (HAGG), l’immunofluorescence indirecte (IFI) et l’immunodiffusion double (IDD-Ouchterlony) ;
  • le suivi sérologique de la distomatose avec une recherche itérative d’anticorps du sérum ayant servi au sérodiagnostic de dépistage n’est indiqué que dans le cas particulier d’un diagnostic dans la phase précoce de la maladie (phase d’invasion). Il permet de suivre l’efficacité du traitement. Dans les autres cas le suivi est réalisé aujourd’hui par imagerie.
crédit photo credit photo Pixabay jackmac34 
Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.