Dépistage des IST : recommandations du CNS

Rapport CNS 2018  « recommandations de prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH »

L’actualisation de ce rapport a été confiée au Professeur Philippe MORLAT du CHU Bordeaux.

Consulter le rapport 2018 dans son intégralité.

Le chapitre « Prévention dépistage  » précise le contexte du dépistage VIH, et où, quand et comment dépister.  Il préconise un dépistage intégré de IST.

Quelle stratégie de dépistage des IST selon les populations ?

Notamment le rapport rappelle la stratégie à adopter pour le dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST) selon la population concernée (adapté des recommandations de la Société Française de Dermatologie  et de la HAS).

Population générale

  • Dépistage conjoint VIH-VHB-VHC au moins une fois au cours de la vie
  • Dépistage VIH à chaque changement d’orientation de vie (dont multi-partenariat)
  • Dépistage VIH lors de tout recours aux soins en l’absence de dépistage antérieur
  • Dépistage VHB (Ag HBs, Ac anti-HBs, Ac anti-HBc) en l’absence d’antécédent de vaccination (Prescrire une recherche d’infection par le virus delta en cas d’Ag HBs positif)
  • Dépistage VHC (Ac anti-VHC) s‘il n’a jamais été réalisé
  • Test d’amplification des acides nucléiques (TAAN) pour Chlamydia trachomatis par autoprélèvement vaginal chez les femmes de 15 à 25 ans et dans le 1er jet urinaire chez les hommes de 15 à 30 ans, renouvelé tous les ans en cas de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire ; l’utilisation d’une PCR mixte permet également le dépistage de l’infection à gonocoque dans cette population
  • Frottis cervical : après deux frottis normaux à un an d’intervalle, prescrire un frottis tous les trois ans entre 25 et 65 ans et en l’absence de signes ou symptômes

Personnes migrantes

  • En complément des recommandations pour la population générale, renouveler la proposition de dépistage coordonné au minimum une fois par an en cas de prise de risque

 

Travailleurs/ses du sexe

En complément des recommandations pour la population générale, renouveler tous les ans le dépistage de l’infection à VIH, de la syphilis et de l’hépatite B (en l’absence de vaccination), voire plus fréquemment en cas de prise de risque

 

HSH et personnes transgenres à risque élevé

  • Sérologies VIH et VHC au minimum tous les trois mois (ARN VHC si sérologie positive)
  • Dépistage de la syphilis au moins une fois par an
  • Recherche de gonocoques et Chlamydia trachomatis par prélèvement urinaire, anal et pharyngé (du fait de la fréquence élevée du portage asymptomatique) tous les trois mois (la prise en charge plafonnée pour le dépistage multi-sites de ces IST est aujourd’hui un frein à au dépistage)
  • Sérologies VHB et VHA suivies d’une vaccination en cas de sérologies négatives. UDI
  • Sérologies VIH et VHC tous les ans (ARN VHC si sérologie positive)
  • Sérologie VHB suivie d’une vaccination en cas de sérologie négative

 

Personnes vivant avec le VIH

En fonction des comportements et pratiques à risque

 

Crédit Photo Pixabay Anqa

 

Ce contenu a été publié dans dosages et analyses, Santé publique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.